RANDONNEES 2021 – 2ème semestre

TRAVERSEE DE LA PETITE ROCHETTE

19 0ctobre 2021

15 randonneuses et randonneurs du club se retrouvent en ce mardi au col de la Forclaz. La douceur automnale est appréciée, elle laisse augurer d’une belle journée ensoleillée.

L’objectif du jour est double. Il s’agit comme à l’accoutumée de randonner mais également pour trois d’entre nous de réaliser le travail d’Ecoveille que le club se doit d’effectuer chaque année au profit de la fédération française de randonnée pédestre (FFRP). Ainsi, équipés de leur « planchette d’écolier », de feuilles et de crayons mais aussi d’outils numériques, Bernard, Bruno et Gérard vont tout au long de la journée effectuer des relevés afin de pouvoir initialiser les données dans un logiciel de cartographie spécifique de la FFRP qui sera, à terme, accessible à tout adhérent. Cette mission est à la fois une charge, une chance à moyen terme par la mise à disposition d’une cartographie adaptée à notre juste besoin et une chance aussi car elle offre au groupe l’occasion de cheminer à un « rythme de sénateur », les relevés nécessitant des pauses régulières. Nous prenons donc encore plus que d’habitude le temps de regarder le paysage et d’échanger entre nous.

La traversée de la petite Rochette débute par un panorama magnifique sur le lac d’Annecy, les Bauges, la Mandallaz, le Val de Fier, la Montagne des Princes, et même le Jura en fond de tableau.  Dès que nous rejoignons la partie boisée, s’offrent à nous le massif des Bornes avec les dents de Lanfon, le Cruet et la Tournette. L’occasion sera belle d’échanger tout le long de la journée sur les différents itinéraires pour l’ascension de la Tournette, ils sont nombreux. Que ce soit de Montremont, des Praz Dzeures, des chalets de l’Aulp (Dessus, Dessous, Riant ou pas !), de Montmin par Charvet et bien d’autres. « Vitia ! le mamelon vert, le chalet du Casset, le col de Varo… » !

Nous cheminons sur un sentier à flanc, que nous quittons pour monter au rocher du Roux pour le plaisir du point de vue. Les discussions s’orientent dans cette première partie de matinée vers des échanges de recettes de cuisine (Courge et coriandre, préparations diverses du fenouil…), les fruits de saison (poires et pommes reinettes ou autres), difficile de ne pas saliver à l’écoute de tels échanges en imaginant les bons petits plats qui en découlent ! Un petit passage rocheux équipé d’un câble requière un peu d’attention, mais ne stoppe pas pour autant la bonne humeur et le volume des échanges.

C’est un mamelon ensoleillé proche des chalets de l’Aulp qui nous accueille pour la pause déjeuner. Le rosé de Narbonne, comme celui d’Alsace (à ne pas confondre avec le pinot Noir qui peut être rosé ou rouge), consommés avec modération, est une fois de plus l’occasion de compléter les connaissances de chacun !

13h ! Le signal de départ est donné, les travaux de nos « écoveilleurs » nécessitent un peu de temps. La descente s’effectue sur le chemin qui mène au parking des Prés Ronds, l’occasion de constater que l’électrification des chalets de l’Aulp nécessite des travaux importants et compliqués.

Nous quittons le chemin pour longer le ruisseau de Montmin qui se faufile dans la forêt. Nous le traversons plusieurs fois avant de rejoindre le hameau de la Côte et plus précisément les Platons. Ces deux noms “côte et platon” (platon : petite zone de replat dans un terrain en pente) résument bien ce qui nous attend pour rejoindre le parking du col. En ce début d’après-midi, c’est donc sous un soleil radieux et une chaleur qui nous rappelle que l’automne n’en est qu’à ses débuts, que les « Grelus » comme dirait notre guide du jour, arrivent un peu fourbu aux véhicules. La fatigue aidant les dénivelés annoncés varient de 470 à plus de 600 mètres, le ressenti prend parfois le pas sur le réel !

Nous prenons le temps de partager le verre de l’amitié offert par Gérard.

Merci à Daniel, animateur par délégation et Bernard, Bruno et Gérard pour leur action dans le domaine de l’Ecoveille.

Louis

LES BEIGNETS

Mardi 5 octobre 2021

Cenise / Rocher de Leschaux

Première sortie d’Octobre et non des moindres puisque ce mardi c’est la traditionnelle randonnée qui se conclut par un déjeuner pour la dégustation de beignets. Dire que cette journée est attendue, est un doux euphémisme car 42 convives seront présents pour partager ce repas !

Un peu avant dix heures un convoi d’une dizaine de véhicules stationne devant le chalet de Cenise après quelques manœuvres délicates, l’endroit se mérite. L’ambiance est à la fête, ce sont des retrouvailles appréciées. Les groupes au nombre de 3, se mettent en route, Gérard, Daniel et Marie-Thé sont à la manœuvre, l’objectif n’est pas tant un sommet, un col ou autre point particulier, que celui d’une bonne marche au rythme de chacun pour partager un moment d’amitié.

La fraîcheur est au rendez-vous, la bise et l’humidité présentes, pour autant la balade sera belle. Un groupe rejoindra le plateau de Cenise, les deux autres iront en direction des rochers de Leschaux, les plus vaillants les atteindront et auront la chance d’apercevoir à travers les nappes de brumes quelques bouquetins. Quelques courtes éclaircies nous donneront la possibilité de découvrir les sommets alentours du Massif du Bargy, du Jalouvre et les alpages du plateau de Cenise. L’itinéraire est un peu glissant, les lapiaz ne pardonnent pas d’à-peu-près et heureusement que l’attention de chacune et de chacun est soutenue pour éviter toute chute.

A 13h, les groupes sont de retour au chalet de Cenise. 4 tables sont prêtes pour nous accueillir et le poêle, actif, offre une douce chaleur. C’est parti pour plus de deux heures de convivialité, d’échanges animés, de rires aussi. Les plats de beignets (accompagnés de salade et charcuterie) se succèdent et l’appétit de tous sera satisfait, d’autant que fromage et dessert viendront combler ceux qui n’auraient pas été rassasiés ! La fin du repas est bien animée par la présence de quelques jeunes qui vont démontagner les génisses et ont à cœur de fêter en notre compagnie cette fin d’estive. Retour dans nos vallées et massifs respectifs en fin d’après-midi.

Merci à Marie-Thé pour l’organisation de cette journée.

Louis

MONT JOLY

Mardi 21 septembre 2021

En ce mardi, dernier jour de l’été, c’est vers le Beaufortain que vont se porter les pas de 9 randonneurs du club, avec comme objectif le Mont Joly.

La fraicheur du matin (moins de 10 degrés) et quelques nuages n’altèrent pas la bonne humeur et ce n’est pas non plus les pentes parfois raides qui ne viendront atténuer le plaisir d’une belle journée de randonnée. Le sentier du départ, large et ombragé avec une pente modeste, permet à chacun de se mettre en jambes. La pente s’accentue et petit à petit nous abordons l’arête qui nous offre un premier panorama de toute beauté d’autant que les rares nuages ont laissé la place à un magnifique ciel bleu. Le massif du Mont-Blanc s’offre à nous. Chacun y ajoute une touche personnelle, le Buet, l’Aiguille du midi, les refuges, les glaciers… La journée sera placée sous le signe de l’observation de la montagne car petit à petit c’est à 360 degrés que nous pourrons observer l’horizon. Les Aravis et la Vanoise après le Mont-Blanc s’offrent à notre regard et plongent chacun dans des souvenirs.

Le sommet du Mont Joly, qui est à certains endroits très légèrement enneigé, atteste des premières chutes de neige à 2500m, il est atteint à 13h. Les dernières pentes ont un peu usé le groupe qui trouve en cette pause déjeuner un moment, de récupération, bienvenu. L’œil s’aiguise, l’un découvre la trace de montée au sommet du Mont-Blanc, l’autre repère les refuges du Gouter (l’ancien et le nouveau), le troisième le col du Tricot… bref, c’est un véritable tour d’horizon que nous réalisons avec les connaissances de chacun.

La descente s’effectuera avec la même ardeur que la montée, malgré un ciel moins ensoleillé et même si quelques pentes nécessiteront une attention particulière pour éviter les glissades. Et voilà que nous rejoignons les véhicules en milieu d’après-midi après une belle journée de grand air.

La plupart d’entre nous (7 sur 9) ont découvert le Mont Joly et notre guide du jour, s’en réjouit. Il semble que le mot « Joly » provienne du vieux français « jol » que l’on traduit aujourd’hui par joyeux ou gai ! C’est certainement pour cela que Marie-Thé voulait tant nous faire découvrir ce sommet ! Nous l’en remercions.

Louis

LES POUTASSETS

Mardi 17 Aout 2021

18 randonneuses et randonneurs, pour ce mardi de milieu du mois d’août au temps couvert, se retrouvent pour une boucle au sud-est des Villards Sur Thônes. Nous rejoignons le parking au-dessus du hameau de Ranvorzier, après quelques hésitations quant au chemin à prendre, la mémoire faisant parfois défaut !

9h15, le départ est donné. Le groupe est joyeux, encore plus qu’à l’accoutumée, il faut dire que Lou, Alexis et Thomas, nos très jeunes compagnons du jour à la curiosité aiguisée ont une énergie débordante et une bonne humeur communicative. Ils ne cesseront de nous la transmettre toute la journée.

L’itinéraire est agréable, la relative fraîcheur du matin et les bois que nous traversons nous permettent de cheminer tranquillement. Un chalet daté de 1763 agrémenté de nombreuses sculptures en bois (champignons et animaux divers), attise la curiosité et offre une petite pause. Nous atteignons le carrefour des Ecotagnes, pour débuter la montée par une sente pentue et un peu glissante en direction de Parmis et les Corbassières. A partir de la ligne de crête nous apercevons le col des Aravis et le plateau de Beauregard, la pause de midi est proche, elle s’effectuera aux Poutassets.

La marche reprend en direction de Platenet puis de Frasse Bluffy, pour un retour aux véhicules un peu avant 16h. Belle journée offerte par Marie-Thé après une suggestion de Bernard. Belle journée aussi car la montagne nous réserve toujours des surprises en termes de fleurs et de champignons. Verge d’or, gnaphale des forêts, monotrope sucepin pour la partie flore, et pour ce qui est des champignons, bolet, pied de mouton, chanterelle, amanite tue mouche, cortinaire (la remarquable bien sûr), agrémentent les conversations et éloignent momentanément certains qui pensent à la prochaine omelette qui devra être bien garnie ! C’est à grande « cambée » (ou enjambée !) que ces « retardataires » retrouveront le groupe. L’occasion de recompter le groupe : « Nous sommes 17 ! ». Réponse du guide du jour : « Non, 18 ! ». Les réactions fusent : « Tu ne sais pas compter ! ». Oui, notre serre file ne s’est pas compté, donc le compte y est !

 Au fond, tout est une histoire de compte, voire de conte. Quand la journée est agréable, la conter est facile. Merci Marie-Thé et Bernard, nous savons sur qui nous pouvons compter !

Louis

Le chalet du PLANET

Mardi 3 août 2021

« Les mois se suivent et se ressemblent. » Cela pourrait être le dicton de l’été car la météo poursuit ses caprices en ce début de mois d’août et c’est sous un ciel caractérisé de « Margagne ou Margalyi » en savoyard (se dit d’un temps douteux), que 11 membres du club se retrouvent de bon matin pour une randonnée aux Confins.

Le chemin a déjà été parcouru au mois de juillet, au moins en partie, car après la Bombardellaz et Tardevant, cette fois ce sera le chalet du Planet, qui constituera l’objectif de la journée. 

Nous laissons sur notre droite, la combe de Paccaly, puis celle de Tardevant pour rejoindre le carrefour de la Pierre Marquée, limite entre les communes du Grand-Bornand et de la Clusaz, pierre datée de 1755 qui marque la fin d’un conflit de près de 300 ans entre les deux communes !

Le cheminement se poursuit sur un sentier en balcon qui nous offre un paysage magnifique mais aussi une diversité de plantes assez étonnante. Les esprits s’échauffent, les souvenirs remontent, les échanges se multiplient. Là de l’oseille des Alpes ou rhubarbe des moines, ici des laiterons des Alpes, des berces, des cerfeuilles, des reines des près, des lys martagon et encore des épinards sauvages dont nous apprenons que nos anciens s’en servaient pour conserver le beurre.

Nous arrivons en fin de matinée à proximité du chalet pour une pause bien méritée. Un ciel couvert nous pousse à ne pas trop nous attarder, et nous reprenons le chemin du retour dès 13h. Après la floristique qui nous a bien occupés dans notre cheminement matinal, celui de l’après-midi sera placé sous le signe de la mycologie : sanguins, vesse de loup, chanterelle… Plus que la variété des champignons en eux-mêmes, ce sont les recettes qui en découlent qui alimentent nos discussions, et gageons que les chanterelles ramassées feront le bonheur des papilles de certains.

Nous retrouvons les voitures en milieu d’après-midi un peu fourbu pour ceux qui reprenaient la rando mais heureux. Le parking des Confins s’est bien rempli, preuve s’il en est que la montagne conserve toujours autant de charmes pour une bonne journée de détente !

Merci Marie-Thé.

Louis

LAC et POINTE de TARDEVANT

27 juillet 2021

Encore une météo incertaine comme on la rencontre souvent cet été mais elle ne rebute ni François notre guide de jour, ni les 8 randonneurs. Au programme, le lac de Tardevant et 3 courageux visent de tirer jusqu’à la pointe du même nom. Pour cela, ils nous devancent à marche plus rapide pour être redescendus au Lac à l’heure du casse-croute.

Finalement, le temps nous épargne et nous préserve d’une suée pour la montée. Peu de monde en ce début de randonnée. Nous rencontrons des promeneurs avec leurs chiens qui se font surprendre pas les clôtures électrifiées. Aie ! Ça pique ! Leurs maitres en sont quittes pour les porter aux passages.

On admire le paysage, les moutons et les derniers massifs d’azalées encore en fleurs.

Simone nous montre l’alpage (voir la photo !!) sacrément pentu, entre le col de la Colombière et Maroly où, enfant, elle accompagnait ses parents faires les foins. Les adultes faisaient les fagots et les faisaient descendre à l’aide d’un câble. Les enfants devaient monter les roues appelées « catales ». On devait bien dormir le soir !!

Enfin, au terme d’une montée soutenue, nous atteignons le Lac de toute beauté avec ses plaques de Névé qui s’y reflètent. Nous retrouvons une des 3 échappés qui a finalement préféré savourer le paysage du Lac avec nous. Les 2 autres compères ont poursuivi jusqu’à la point et reviennent à la bonne heure et nous pique-niquons tous ensemble.  Le retour s’effectue sans encombre malgré une fréquentation des chemins nettement plus élevée qu’à l’aller.

Merci François pour cette belle balade !

Catherine

Rando Douce – REFUGE DE LA BOMBARDELLE

5 juillet 2021

Le ventre est le deuxième cerveau dit-on…il a en tout cas motivé les 21 randonneurs pour cette sortie au refuge avec en perspective un bon repas beignet !

Le circuit a été rallongé par la boucle de Tardevant, histoire de mériter les calories à venir. La météo nous a été favorable et nous avons pu apprécier l’éclosion des azalées des Alpes alors que les Lys martagon étaient encore en bouton et nous chuchotaient : « revenez plus tard pour nous admirer ».

Nous voilà au refuge où une longue tablée nous attend. Avec le p’tit kir et les beignets, on entend un couplet de patois chanté :

En passant par l’Grand Bornand,
Y’a de bounyète, y’a dé bounyète  
Y’a dé bounyèt’è d’matafan

C’est de circonstance ! Le repas fut copieux et chaleureux.

Un petit passage par l’oratoire comme de coutume et le retour s’est effectué sans encombre.

Merci Nicole pour cette belle initiative !

Catherine