RANDONNEES 2024 – 2ème semestre

Boucle du petit Bargy

Mardi 9 Juillet 2024

Un festival de fleurs !! la symphonie des Orchis

Rando Beignets

L’Aulp de Marlens

Jeudi 4 Juillet 2024

Pour débuter ce mois de juillet, une randonnée originale par le jour de la semaine, un jeudi ! Elle le sera aussi, non par la découverte de l’Aulp de Marlens, mais par le déroulement général, car nous prendrons le temps de vivre un moment de convivialité un peu plus long que d’habitude par le partage du déjeuner autour des fameux beignets de pomme de terre.

Rendez-vous au parking « Les Sardoches » (1390m), sur la commune du Bouchet Mont-Charvin, peu avant 10h00. 1/3 de randonneurs hommes et 2/3 de randonneurs femmes constituent le « cocktail du jour » pour 18 participants. L’on pressent une ambiance joyeuse et bon enfant pour cette randonnée de 280m de dénivelé et d’un peu plus de 4 kms.

Comme souvent quelques panneaux d’information sont présents sur la zone de départ. Ici c’est l’annonce d’un territoire de fromages AOP et IGP, respectivement l’Abondance, le Chevrotin, le Reblochon et la raclette de Savoie, la Tomme de Savoie.

Le soleil est au rendez-vous, radieux, il nous accompagne sur ce chemin large et carrossable qui passe aux abords des Fontanettes (1485m) puis bifurque plein est en direction de l’Aulp de Marlens. Les discussions vont bon train, le pas est serein, l’allure tranquille, elle permet à chacune et chacun d’observer le paysage qui est magnifique sur ce flanc ouest du Mont-Charvin.

L’Aulp de Marlens est atteint un peu avant midi. C’est un alpage de 150ha qui entoure le gite, alpage dont nous apprendrons qu’il sera actif dès le 14è siècle par un albergement, puis finalisé par une vente au prix de « 36 sous/an et une journée et demi de fruit » le 30 juin 1455 !

Nous nous installons pour le déjeuner qui, nous le devinons sera copieux (beignets agrémentés de charcuterie, d’omelette, de tomme blanche et de salade, le tout complété par un plateau de fromages et une tarte aux myrtilles).

La convivialité est de mise, anecdotes diverses, histoires humoristiques viennent pimenter le repas. Nous aurons même droit, en guise de clin d’œil à une réflexion lors d’une randonnée précédente, à la présentation d’un outil désormais caduque, un pulvérisateur des années 50-60 !



Le paysage autour de nous, rappelle à chacune et chacun les
randonnées effectuées. L’envers de la Tournette, que ce soit en direct ou par
Praz d’Heures, le Mont Charvin par le col des Porthets et le Lac, ou
directement par l’arête, la montagne de Sulens… autant de randonnées effectuées
qui rappellent des bons souvenirs. Les champs qui nous entourent accueillent
les bovins et caprins de notre ferme hôte, ils sont bien verts, confirmant
ainsi la météo très changeante de la fin du printemps et de ce début d’été.Nous emportons avec nous quelques produits fromagers de la
ferme, reblochon, chevrotin… puis redescendons en empruntant un autre
itinéraire à travers champs et bois : l’Aral, le carrefour de la Praz
(1500m), le bois au sud de la Savatte. Le sentier ombragé nous protège d’une
chaleur estivale qui est enfin bien présente.

16h30 Retour au parking des SardochesPoint d’orage en cette fin d’après-midi, point d’averse, de reuillée ! Un peu de patois local avec ce mot qui vient du verbe reuiller,
pleuvoir à torrent.

Léger est le mot qu’il convient pour résumer cette journée, car
c’est le cœur léger que nous repartons après ce beau moment de détente, de
convivialité, d’amitié, de randonnée aussi.

Merci à Nicole animatrice et organisatrice de la journée.

Louis

Meulières du Mont Vouan

Mardi 2 Juillet 2024

Huit randonneurs se sont retrouvés au Parking de Dingy à 8h15 avec une météo qui s’annonce clémente.

Direction la commune de Viuz-en-Sallaz, nous partons à la découverte des Meulières du Mont Vouan, classées comme monuments historiques depuis le 11 mars 2009. Elles sont le témoin d’une activité industrielle très active et unique dans le sud-est de la France. Nous allons déceler l’histoire du travail, du pain et de la vie quotidienne des ouvriers.

Le mont de Vouan appartient à la nappe des Voirons, l’une des unités tectoniques constitutives du massif du Chablais. Cette nappe est entièrement constituée d’une accumulation de grès, conglomérat et de marne appelé flysch des Voirons, d’âge Éocène.

Nous stationnons au carrefour de la route D292 et d’une piste entre le hameau des Bourguignons et le village de Boisinges à 9h30. Le chemin monte tranquillement. Nous virons en direction des Meulières de Grand’Gueule que nous atteignons vers 10h15.

Exploitées depuis le Haut Moyen-Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle, ces roches étaient taillées pour en faire des meules de moulin à farine dont la taille pouvait varier de 0,9 à 1,5 m pour une épaisseur de 30 à 40 cm. Les cavités représentent les meulières extraites de la pierre, l’une des plus dures en France. L’extraction des meules s’est réalisée préférentiellement dans des niveaux gréseux relativement dépourvus de galets afin d’obtenir des meules homogènes Or le problème avec les meules, c’est qu’au bout de quelques tours, la fine usure de la pierre se mélangeait à la farine. La mastication du pain produit ainsi, usait les dents à une vitesse vertigineuse… Nos ancêtres du 15 ou 16ème siècle mangeaient plus d’un kilo de pain par jour et avaient les dents usées jusqu’au « collet » …d’où l’intérêt d’avoir une pierre très dure !

Dommage : le lieu a aussi subi les tags des visiteurs.

Nous faisons demi-tour pour retrouver la piste dans une forêt peuplée de facétieux lutins. En contrebas, nous atteignons un marais nommé « La Gouille aux morts ». On dit, qu’il y a bien longtemps, deux tailleurs de pierre, travaillant à la « Molière » située au-dessus, y auraient fait une chute mortelle, un dimanche (oui, un dimanche…jour du Seigneur !).

Une des légendes les plus connues : « Un homme finissait sa meule le soir de Noël. En voulant rentrer chez lui, il glissa et tomba dans la gouille aux morts et se noya en s’enfonçant dans la vase. Depuis lors, personne n’a retrouvé son corps. »

Malgré ce nom, c’est un lieu qui présente un milieu écologiquement riche. Nous y découvrons un arbre clairement taillé par un castor…beau travail !

Nous poursuivons la piste jusqu’à l’ancienne carrière des Meulières à Vachat. Celle-ci est encore plus impressionnante par les traces d’activité et la taille de la carrière. Nous y faisons notre photo de groupe. Nous faisons demi-tour et continuons l’ascension jusqu’à un large replat appelé Place des Danses. Nous nous engageons en direction de la Crête de Chauffemerande et nous poursuivons la piste en longeant prudemment les Crêtes de Vouan. Nous apercevons en contrebas un Chamois et son petit. La vue est belle et l’heure du déjeuner a sonné…tout va bien !

Nous continuons sur la piste en direction de Trin Trin en nous demandant l’origine de ce nom… pas d’explication.  Nous rejoignons la route bitumée à Sardagne et Sevraz. Les maisons sont pittoresques et bien entretenues… Nous sentons la proximité de la Suisse !

Après avoir pris un chemin entre les maisons, nous rejoignons nos véhicules par un bout de route.

Belle découverte d’un lieu chargé d’histoire, additionné d’un beau panorama des crêtes sur les monts des environs que l’on n’a pas l’habitude de parcourir.

Merci Daniel !

Catherine